Imprimer PDF

Novae, 86
(5/3/8/148) Épitaphe de C. Valerius Longinus, soldat de la Ière légion Italica

Site (nom antique): Novae  Site (nom moderne) : Svištov.

Province romaine: Thr.

Localisation: Bulgarie / Veliko Tarnovo / Svištov.

Support: Stèle.

Lieu de découverte: Svistov.

Conditions de découverte: Fontaine du quartier turc.

Lieu de conservation: perdu.

Datation du texte: 80/100.

Justificatif datation: L'absence de DM et de la formule FC suggèrent comme date la fin du Ier siècle.

Éd. CIL, 3, 7441, d'après la copie de l'ingénieur Prosek utilisée par C. Jirecek ; Dimitrov 1942, p. 46, 88 ; Gerov 1997, p. 71, 6 ; ILBulg, 301 ; Mrozewicz 1995, p. 169, 122 ; Novae, 86, edssin de l'inscription d'après CIL, III pl. 31.

Comm.: Mihailov 1977, p. 345.

Texte :

C▴VALERIVS
C F FAB
LONGINVS HER
MIL LEG I ITAL
C VASELLI MAR
CELLI MILI ANN
XIIII VIXIT ANN
XXXIIII
P VALERIVS GER
MANVS COMMANI
PVLARIS ET HERES
F C▴

C(aius) Valerius
C(ai) f(ilius) Fab(ia)
Longinus, Her(aclea),
mil(es) leg(ionis) I Ital(icae)
c(enturiae) Vaselli Mar-
celli, mili<t>(auit) ann(is)
XIIII, uixit ann(is)
XXXIIII,
P(ublius) Valerius Ger-
manus, commani-
pularis et heres,
f(aciendum) c(urauit)

Type de texte: Épitaphe

Traduction: Caius Valerius Longinus, fils de Caius, inscrit dans la tribu Fabia, natif d'Héraclée, soldat de la première légion Italica, dans la centurie de Vasellius Marcellus, a servi 14 ans et a vécu 34 ans. Publius Valerius Germanus, son héritier, a fait ériger (cette stèle) à son compagnon de manipule.

Apparat critique: L. 6 : MILII.

Remarques : Inscription funéraire d'un soldat de la premIère légion Italica à Novae engagé à 20 ans ; il était originaire d'Heraclée. Bien que l'on connaisse plusieurs villes de ce nom (RE, VIII, col. 404 sq. – Heraclea 1-4 ; col. 423-429 – Herakleia 1-29), on peut supposer que dans le cas du soldat de la Ière légion Italica recruté au Ier s. p. C., il ne peut s'agir que de deux villes de Macédoine : Héraclée de Lyncestide (Bitola) ou bien Héraclée Sintique (cf. Papazoglou 1988, p. 259-267 et 368-371). On connaît bon nombre de légionnaires qui dans leurs épitaphes indiquent comme origo la ville d'Héraclée accompagnée de la tribu Fabia (Papazoglou 1988, p. 264, note 54 et 371, note 29). Ces attestations, y compris l'inscription de Novae, ont été longtemps attribuées à Heraclea Sintique, mais l'épitaphe d'un vétéran, avec la formule Fab(ia) Her(aclea) découverte sur le site même de Bitola et publiée en 1934, oblige à réviser cette opinion. Papazoglou 1988, p. 264 suppose que dans les cas où le nom d'Héraclée n'est pas suivi de l'épithète Sinthica, il s'agit probablement d'Héraclée en Lyncestide (aujourd'hui Bitola).
C'est un compagnon de manipule, son héritier, qui a fait ériger le monument, soulignant ainsi la force des amitiés "régimentaires". Mihailov 1977, p. 345 suppose que le surnom de P. Valerius Germanus était plutôt thrace que latin (= frère ou bien cousin germain). Héritier et compagnon de manipule du défunt originaire d'Héraclée, ville de Macédoine, il pouvait être aussi son compatriote. Cette thèse, d'ailleurs assez fragile, a été discutée (cf. ibid., p. 352).
Vasellius, nom rare ; d'après Mócsy et al. 1983, p. 301, attesté seulement une fois en Mésie Inférieure.



Trismegistos ID: 191707

Epidoc XML

URI:http://petrae.huma-num.fr/050300800148

Jerzy Kolendo et Violeta Božilova - 2015-02-09 21:46:12